Tout âge a ses dépendances et donc ses manques d’autonomie que ce soit au niveau affectif social économique ou culturel . Notre vie toute entière est d’ailleurs marqué par une vaste réseau de l’interdépendance . C’est notre façon d’appréhender cette dépendance qui déterminera si elle représente un plaisir ou une souffrance mais cette dépendance se vit dans la perspective d’une autonomie future.
En ce qui concerne la dépendance due au grand âge, l’image que nous avons est souvent moins optimiste
On aurait souvent tendance à penser qu’il s’agit d’un état définitif plongeant la personne ÂGÉE dans un monde sans beaucoup de saveur. Or la perte d’autonomie n’implique pas forcément la fin d’une participation active à la vie ou la fin des échanges . Certes elle entraîne des changements indéniable mais il est clair que ce processus n’annule ni le désir de vivre ni la personnalité de la personne dépendante, et ce, même si son état demande l’intervention d’un aidant. La vie continue avec ses hauts et ses bas, ses joies et ses peines.

Rappelons que la vieillesse n’est pas directement responsable de la dépendance , en effet l’avancée en âge entraîne bien souvent des maladies chroniques ou invalidantes qui elle engendrent certaines formes de dépendance .
La personne dépendante , a donc besoin d’aide, Pour ce faire il est judicieux de faire appel à des professionnels tels « Confort et Sécurité chez soi » qui est un service des gardes-malade à domicile.